Fernand BRAUDEL – La dynamique du capitalisme

(Conférences prononcées à l'université Johns Hopkins en 1976)
(" Champs "/Flammarion n°192, éditions Arthaud, 1985)

Téléchargez le compte-rendu de La dynamique du capitalisme au format .zip
Utilisez les signets pour vous déplacer dans le compte-rendu.
Sommaire

Chapitre I : En repensant à la vie matérielle et à la vie économique

Chapitre II : Les jeux de l'échange

Chapitre III : Le temps du monde

Chapitre I : En repensant à la vie matérielle et à la vie économique

Ce chapitre est consacré à la justification de l’intérêt de l’histoire économique, par rapport à l’histoire " noble ". La période qui s’étend entre le XVe et le XVIIIe siècle, qui fait l’objet de cette étude, voit se développer considérablement les échanges et les villes, non seulement en Europe, mais aussi dans d’autres parties du monde.

Chapitre II : Les jeux de l'échange

Il convient de distinguer économie de marché et capitalisme, tout en gardant à l'esprit que jusqu'au XVIIIe siècle, les actions des hommes restent majoritairement cantonnées à la vie matérielle.

L'économie de marché assure la liaison entre la production et la consommation. Entre le XVe et le XVIIIe siècle, on observe un élargissement de la sphère de l'économie de marché, comme le prouve la variation des prix de marché, et ceci non seulement en Europe, mais dans le monde entier. Les différents marchés du monde sont reliés entre eux à travers l'échange de quelques rares marchandises et de métal précieux. Mais le marché n'est pas encore autorégulateur : " Peut-on oublier combien de fois le marché a été tourné ou faussé, le prix arbitrairement fixé par les monopoles de fait ou de droit ? Et surtout, en admettant les vertus concurrentielles du marché (...) il importe de signaler au moins que le marché, entre production et consommation, n'est qu'une liaison imparfaite, ne serait-ce que dans la mesure où elle reste partielle " (p. 48).

Le capitalisme, quant à lui, ne se laisse définir que par l'interaction entre capital et capitaliste. Il n'y a pas de société sans capital, mais la figure du capitaliste n'apparaît guère qu'à la fin du Moyen Âge.

On peut distinguer deux formes d'économie de marché :

  • La forme A regroupe " les échanges quotidiens du marché, les trafics locaux ou à faible distance : ainsi, le blé, le bois qui s'acheminent vers la ville la plus proche ; et même les commerces à plus large rayon, lorsqu’ils sont réguliers, prévisibles, routiniers, ouverts aux petits comme aux grands marchands (...) - je pense à ces " flottes " de chariots allemands venant chercher, chaque année, le vin blanc de l'Istrie " (p. 54).
  • La forme B est caractérisée par son caractère aléatoire, " fuyant la transparence et le contrôle ". On peut en prendre comme exemple le " private market " des campagnes anglaises, dont l'importance grandit à partir du XVe siècle à côté du marché traditionnel et contrôlé (" public market ") : achat par le marchand directement auprès du producteur, et même parfois contrats à terme. Il s'agit d'un échange inégal, puisque le marchand est le seul à connaître le marché aux deux bouts de la chaîne. Plus celle-ci s'allonge et plus la fixation des prix échappe aux règles et aux contrôles habituels, au point qu'on peut parler d'un " contre-marché ". Cette forme B est réservée à une classe de marchands et de négociants, qu'on retrouve sous des noms différents dans le monde entier, et qu'on peut nommer capitalistes, caractérisés par la masse de capitaux qu'ils détiennent et peuvent investir à long terme.

On a donc parmi les participants à l'échange deux grandes catégories hiérarchisées et compartimentées. Les participants à la forme A sont très tôt touchés par la division du travail : leur activité est limitée à un seul secteur. Au contraire, les capitalistes ne sont presque jamais spécialisés (autrement que dans le commerce exclusif de l'argent, mais sans succès durable) jusqu'au XIXe siècle.

Cette absence de spécialisation des capitalistes ne semble pas due à une volonté de diversification pour limiter les risques, mais plutôt à l'étroitesse et au caractère fluctuant des affaires sur lesquelles pouvait trouver à s'investir un capital excédentaire. " Mais il est significatif que, sauf exception, il ne s'intéresse pas au système de production, et se contente, par le système du travail à domicile, du putting out, de contrôler la production artisanale pour mieux s'en assurer la commercialisation " (p. 64).

Pour cette raison, Braudel conteste que le capitalisme soit dans les sociétés d'Ancien Régime le moteur du développement économique, lequel repose au contraire " sur le dos énorme de la vie matérielle " (p. 67). La figure centrale du capitaliste n'est pas à l'époque celle de l'entrepreneur schumpétérien.

Par contre, c'est un fait que le capitalisme ne peut apparaître et prospérer qu'adossé au pouvoir. La petite élite des marchands capitalistes a su utiliser à son profit ses relations privilégiés avec les gouvernants : " le capitalisme ne triomphe que lorsqu'il s'identifie avec l'État, qu'il est l'État " (p. 68). En réalité, le capitalisme dépendra pour son développement de conditions sociales, mais ce ne sont pas celles auxquelles pense Max Weber quand il fait du puritanisme protestant un vecteur de sa propagation : " Finalement, l'erreur de Max Weber me paraît dériver essentiellement, au départ, d'une exagération du rôle du capitalisme comme promoteur du monde moderne " (p.70).

En Europe et au Japon, le capitalisme se construit et s'affirme dans un effort toujours renouvelé à chaque génération émanant de " grandes familles " commerçantes qui parasitent la féodalité jusqu'à prendre sa place comme classe dominante, au profit de laquelle l'État organise les rapports sociaux. Ces stratégies familiales à long terme, à l'échelle de plusieurs générations, ne peuvent voir le jour que grâce à un contexte de grande stabilité des hiérarchies sociales.

Au contraire, dans les pays d'Islam et en Chine, où l'État organise l'instabilité des élites en ne permettant pas la constitution d'une féodalité héréditaire, on n'observe pas de dynastie capitaliste, d'autant plus que le Prince se montre volontiers méfiant à l'égard de celui qui réussit trop bien, et n'est souvent que trop heureux de précipiter sa chute.

L'essor du capitalisme dépend en définitive de deux facteurs : la stabilité de l'ordre social et la complaisance (ou au moins la neutralité) de l'État.

Chapitre III : Le temps du monde

L’objectif de ce chapitre est de " lier le capitalisme, son évolution et ses moyens, à une histoire générale du monde " (p. 83). En effet, l’économie est largement ouverte sur le monde ; on observe d’ailleurs qu’elle le divise dès le XVe siècle entre pays privilégiés et pauvres, reproduisant la hiérarchie existant au sein de chaque société.

L’économie mondiale est " le marché de tout l’univers ", selon la formule de Sismondi.

L’économie-monde, elle, peut-être définie comme " l’économie d’une portion seulement de notre planète, dans la mesure où elle forme un tout économique " (p. 85).

  • Elle occupe un espace géographique déterminé : on peut donc tracer ses frontières, même si celles-ci sont susceptibles d’évoluer au fil du temps ;
  • Elle possède un centre, qui est la ville dominante des échanges économiques et commerciaux ;
  • Elle est hiérarchisée : on peut distinguer un cœur entourant la ville-centre, des zones intermédiaires et des marges, larges et subordonnées.

Plusieurs économies-mondes peuvent coexister au même moment sur des territoires différents, qui n’entretiennent entre eux que des échanges superficiels.

Depuis la fin du XIVe siècle, l’économie-monde occidentale a connu 5 changements de centre :

  • Vers 1500, à la suite de la découverte du Nouveau Monde, la Méditerranée perd son influence au profit de l’Atlantique : Venise doit céder le rôle dominant qu’elle exerçait depuis plus d’un siècle au profit d’Anvers.
  • Vers 1550-1560, l’argent des mines d’Amérique se met à transiter par Gênes, qui le redistribue ensuite dans l’Europe entière.
  • Au début du XVIIe siècle, c’est Amsterdam qui parvient à éclipser définitivement le bassin méditerranéen après que les marchands nordiques ont inondé le marché de camelote et de contrefaçons grossières.
  • Ce n’est que deux siècles plus tard qu’un nouveau transfert aura lieu progressivement vers Londres.
  • Enfin, la crise de 1929 profite à New-York.

A chaque fois, le changement de centre a résulté d’une crise économique. Mais cela ne signifie pas bien sûr que toutes les crises entraînent un tel transfert : le plus souvent, au contraire, la métropole est suffisamment puissante pour en tourner les effets vers l’extérieur, et en tirer finalement profit.

En effet, l’économie-monde se divise en zones concentriques, et l’écart de développement entre le cœur et ses marges les plus éloignées est considérable : " Bref, l’économie-monde européenne, en 1650, c’est la juxtaposition, la coexistence de sociétés qui vont de la société déjà capitaliste, la hollandaise, aux sociétés serviles et esclavagistes, tout au bas de l’échelle " (p. 96).

En un mot, on n’observe pas un modèle diachronique de développement, marqué par la succession de l’esclavage, du servage et du capitalisme, mais une coexistence de ces différents modes de production au sein d’une même économie-monde, les premiers assurant la satisfaction des besoins du dernier, qui organise à son tour les zones périphériques en fonction de ces besoins.

D’autre part, les capitalistes contrôlent le commerce, faible mais prestigieux, entre les différentes économies-mondes, et se livrent à cet effet une concurrence acharnée qui n’entre pas pour rien dans les relations entre les différents prétendants au rôle central.

Sur le plan qualitatif, le centre de l’économie-monde européenne a toujours été, jusqu’au XVIIIe siècle, une cité, et sa splendeur ne rejaillissait que peu sur son environnement immédiat.

Au XIIIe siècle, l’Europe est partagée entre deux pôles qui se neutralisent mutuellement : l’Italie au sud et les Pays-Bas au nord. Le centre de gravité du continent se situe à mi-chemin, à Paris, qui bénéficie de la proximité des grandes foires de Champagne et de Brie.

Les changements intervenus à la fin du siècle dans les grands itinéraires commerciaux, le développement de l’industrie drapière en Italie et les effets de la Peste Noire consacrent la suprématie de la péninsule, et surtout de Venise, à qui sa suprématie militaire assure le contrôle du commerce du Levant. Anvers prend sa place au XVIe siècle en s’appuyant sur le commerce du poivre, puis Gênes, profitant de l’instabilité créée par la guerre entre les Espagnols et leur ancienne province, fonde sa fortune sur les échanges avec le nouveau Monde. Amsterdam lui succède enfin, grâce au commerce de la Baltique et surtout à son emprise sur la totalité des sources d’approvisionnement en " épices fines " d’Extrême-Orient.

La domination de Londres dans les dernières décennies du XVIIIe siècle marque une étape importante, car pour la première fois la ville-centre de l’économie-monde européenne va pouvoir s’appuyer sur le développement de son marché intérieur.

" Une économie nationale, c’est un espace politique transformé par l’État, en raison des nécessités et des innovations de la vie matérielle, en un espace économique cohérent, unifié, dont les activités peuvent se porter ensemble dans une même direction " (p.103). Le territoire des Provinces-Unies était trop exigu pour représenter un réel intérêt pour les capitalistes d’Amsterdam ; celui de la France, au regard des transports de l’époque, était trop grand et trop divers, d’autant que la prééminence politique de paris a longtemps souffert de la supériorité économique de la capitale des Gaules. L’Angleterre, par contre, dispose d’un territoire suffisamment étendu et d’un centre unique dès le XVe siècle. De plus, sa situation insulaire lui permet de recourir plus facilement au protectionnisme.

Le passage d’une ville-centre à une économie nationale permet à Londres de prétendre à la suprématie universelle, aidée en cela par les succès de la Révolution industrielle.

En fait, cette dernière ne s’est installée qu’assez lentement. Ce qui est frappant, c’est qu’elle ait réussi à s’imposer durablement, à surmonter toutes les crises et les difficultés, alors que tant de tentatives et d’innovations techniques antérieures se sont révélées sans lendemains. C’est sans doute qu’elle est au départ le fait de petites unités faiblement capitalistiques installées dans les campagnes à l’écart du grand capital londonien, basées sur l’innovation, mais surtout sur la satisfaction des besoins de la vie matérielle. De plus, la conquête incessante de nouveaux débouchés lui a permis d’éviter les goulots d’étranglements et de faire face à la réorientation des investissements lorsqu’un secteur d’activité était en crise.

* * *

Lorsqu’on observe le capitalisme d’aujourd’hui à la lumière du capitalisme d’hier, il a incontestablement changé d’échelle, mais sans doute pas de nature :

  • Il reste plus que jamais tourné vers l’échange international ;
  • Il s’appuie toujours sur les monopoles de fait ou de droit ;
  • Enfin, contrairement à l’idée générale, le capitalisme n’occupe toujours pas tout l’espace social, même dans les pays industrialisés. La tripartition vie matérielle - économie de marché - économie capitaliste reste d’actualité

Le capitalisme reste un superlatif : le monde de la finance de haut vol et des gros profits. Il ne s’est toujours pas confondu avec l’économie de marché.

Retour au sommaire

Retour à la page précédente